Skip to main content

Notre histoire familiale – une tradition depuis près de 500 ans.

La plus ancienne entreprise familiale allemande est caractérisée par une histoire mouvementée portée dans la continuité.

Début de l’histoire de Prym

Wilhelm Prym a monté une affaire comme orfèvre à Aix-la-Chapelle - il crée les racines de l'histoire de Prym. Kerstgen Prym, dont on suppose qu'il est le fils de Wilhelm Prym, gérait en 1559 une usine de transformation du laiton dans la Kölnstraße d’Aix-la-Chapelle. La proximité des importants gisements de zinc de la région offre aux Prym des conditions idéales pour la production du laiton.

Stolberg : l’origine de l’histoire de Prym

La  famille protestante du maître artisan cuivreur Prym a perdu les droits corporatifs dans la ville catholique d'Aix-la-Chapelle. À la recherche d’un avenir meilleur, Christian Prym est parti s’installer avec toute sa famille à Stolberg. Il s'installe sur le « Dollartshammer » qui est encore aujourd’hui le siège de l’entreprise.

Les liens de famille caractérisent l’histoire des Prym

Just like his sisters Maria and Sara, Christian Prym married into the Peltzer family – one of the region’s most important brassmaker families. These marriages within the “industry” became something a tradition because the families were united by their religious denomination. There were hardly any other Protestants working in other professions in the Stolberg valley.

Les conditions de production changent

À la fin du 18ème siècle, 140 fours produisent à Stolberg environ 40000 quintaux du métal jaune qui sera transformé dans plus de 100 forges, moulins et tréfileries. Cependant en 1832, la production de laiton n’atteint que 1100 quintaux. Avec le changement des conditions de production suite à la métallurgie du zinc, le commerce du laiton à Stolberg décline. Uniquement 20 fours sont encore en activité au milieu du 19e siècle - Prym n’emploie qu’une poignée de travailleurs. Cependant, les Prym agissent avec sagesse : Ils commencent à produire les premiers produits finis en laiton outre le matériau laminé et les fils en alliages de cuivre.

La production en masse détermine maintenant l'histoire de Prym

Sous la direction de William Prym (1811 - 1881), l’entreprise qui porte à présent son nom, connait un nouvel essor. Son fils Heinrich August Prym (1843 - 1927) a terminé un apprentissage à Birmingham et introduit avec les connaissances acquises la production mécanique de produits de mercerie métalliques en Allemagne. Et il s’invite par ailleurs dans un tout nouveau terrain : Il a fondé peu avant sa mort en 1927 une fondation pour aider les survivants, les malades, les invalides à l’emploi et les retraités.

Le cerf avec une aiguille dans ces bois

Les marques « Prym » et « Prym’s Zukunft » (avenir de Prym) font aujourd’hui que Prym soit vu comme un des pionniers en marketing. Elles deviennent de véritables marques d’articles et le cerf du blason familial, portant une aiguille dans ces bois, devient une des marques déposées d'articles de mercerie les plus célèbres. L'entreprise s’implante également en Autriche. En 1887, les négociations pour l’achat d’un laminoir en Basse-Autriche sont en cours. Prym obtient l’autorisation officielle pour « produire en masse des articles de mercerie».

L'heure du bouton pression dans l'histoire de Prym

Le petit-fils de William Prym, Hans Friedrich Prym, pose un jalon décisif pour l’entreprise : Il fait améliorer le bouton pression, inventé par Heribert Bauer, par un ressort intégré et le fait breveter. Hans Prym et son père Heinrich August Prym sont alors nommés comme citoyens d'honneur de la ville de Stolberg.

Le bouton pression de Prym conquiert le marché

La demande pour ce bouton pression pratique, « un must », croît de plus en plus. La première machine automatique, qui peut insérer le ressort automatiquement, entre en service.

L’histoire de Prym et les tourmentes de la seconde guerre mondiale

Malgré une absence générale de commandes, Hans Prym modernise le laminoir de laiton construit avant le tournant du siècle à Stolberg. Au cours de la seconde guerre mondiale, l’entreprise produit également outre le matériau laminé et les aubes de turbine des matériaux nécessaires à l’effort de guerre. Après la guerre, la famille et l’entreprise ont perdu d’importantes valeurs patrimoniales et ce notamment entre autres à Berlin, Dresde et Langenberg, mais aussi en Autriche et en Pologne. C’est seulement en 1960 que Hans Prym réussit à racheter tous les sites de production, les propriétés et les droits en Autriche.

Une grande entreprise reste familiale

Prym compte à présent le plus grand nombre d'employés de son histoire: 4000 personnes sont employées dans l’entreprise à Stolberg ou dans ses filiales.

15 millions de boutons pression parcourent le monde

Prym produit chaque jour environ 15 millions de boutons pression. Partout dans le monde, env. 3 300 personnes travaillent pour Prym. L’entreprise a étendu depuis longtemps son portefeuille d’articles de couture et de travaux manuels et d’accessoires pour l'industrie textile à la technologie des matériaux et aux éléments mécaniques de fixation ainsi qu’aux modules pour l'industrie automobile et électronique.